Projets en climats tropical, subtropical et sahélien

Version imprimableversion PDF

version 1.7 - 18/07/14

Les régions du monde de faible latitude sont au cœur des enjeux environnementaux et humains majeurs d’aujourd’hui :

- d’une part, dans bien des cas, leurs écosystèmes et leurs populations sont dans une situation des plus critiques, qui pose jusqu’à la question de leur survie ;

- d’autre part, elles jouent un rôle prépondérant dans le fonctionnement global de la Terre (stabilité, climat, biodiversité...), et dans sa capacité à nourrir et porter la vie en général, et l’humanité en particulier : elles détiennent de ce fait la clé de notre avenir à toutes et tous.

 

Ces régions ont notamment un besoin urgent de solutions efficaces et éthiques pour stopper l’érosion, reverdir les déserts, reforester massivement, fabriquer de la fertilité et reconstruire localement une autonomie et une souveraineté alimentaire, médicinale, énergétique et matérielle.

 

La permaculture permet aux populations locales de mettre en œuvre par elles-mêmes ces solutions, de manière très productive et à faible input (1), notamment par la conception d'écosystèmes pérennes qui combinent conservation naturaliste et production des ressources vitales.

 

C’est dans ce contexte que nous sommes en train de démarrer des projets de centres de permaculture intégrés à des programmes de reforestation et de développement, qui seront non seulement des lieux de recherche, de démonstration et de formation, mais aussi et surtout des écosystèmes pérennes permettant aux communautés locales, impliquées depuis le début, de produire elles-mêmes leurs ressources :

- de l'eau potable sûre et à proximité.

- Une nourriture abondante, diversifiée et de qualité (ce qui est par ailleurs capital en matière de santé).

- Des plantes médicinales stratégiques, particulièrement efficaces, faciles à cultiver, sans effet secondaire et qui ne créent pas de résistance, entre autres pour le traitement de la malaria et du HIV/SIDA. (A ce sujet s'avèrent particulièrement cruciales : Artemisia annua var. 'Anamed A-3', moringa, neem..., et plus généralement les 60 plantes conseillées par l'organisation ANAMED (Action for NAtural MEDecine)anamed.net. Voir aussi leurs vidéos : chaîne AnamedOrg.)

- Du fourrage d'excellente valeur nutritive pour l'apiculture et l'élevage (notamment à base de feuilles d'arbres et d'arbustes pour la saison sèche).

- Du bois d'oeuvre et des matériaux de construction.

- Du bois de feu et de charbon.

- Des savons et des cosmétiques naturels, efficaces et "faits maison" (voir anamed.net).

- Des résines, des gommes, des fibres, des cordes...

- Etc.

 

En quelques années, en plus de permettre aux personnes et aux communautés de subvenir à leurs besoins, ces programmes de reforestation/développement ont pour conséquence d'inverser le processus d'érosion et de désertification, d'améliorer localement le climat, d'augmenter significativement la pluviométrie, de recharger les puits et les nappes phréatiques et/ou de refaire couler les sources. (A titre d’illustration, vous pouvez regarder la très courte vidéo “How to repair the world” (3 min).)

 

Sur le plan environnemental, outre reforester massivement, stocker du carbone et améliorer très significativement le climat et la pluviométrie, ces programmes permettent également de protéger et de régénérer la biodiversité, ce qui est d'une importance cruciale, tant pour l'équilibre global de la planète que pour notre survie à toutes et tous.